Natura : randonnées dans les Pyrénées
Les spécialistes de la randonnée dans les Pyrénées
natura : randonnées dans les Pyrénées
randonnée pédestre
Randonnées à pied
randonnée raquette
Randonnées à raquette
randonnée thématique
Randonnées à thème
Retour accueil
Natura
Qui sommes-nous
Nos liens
Les Pyrénées
Présentation
Localisation
L'oeil du naturaliste
Les Randonnées
Pyrénées à pied
Pyrénées à raquette
Pyrénées à thème
Calendrier des départs
Albums photos
Souvenirs de treks
Aspects Pratiques
Bien choisir son séjour
Tarifs et réductions
Assurances
Service Groupes
Amis, club et CE
Classe de découverte
Séminaire
Plus d'infos
RANDONNEES BOTANIQUES

Le cirque de Gavarnie, splendeur géologique

Petit historique de Gavarnie

Situé à 1375 mètres d'altitude, Gavarnie est le plus haut village des Hautes Pyrénées. D'abord un hameau de berger au Xème siècle, il se développe petit à petit du fait de la proximité du port de Boucharo qui est le passage le plus court et le plus pratique entre la France et l'Espagne pour les commerçants et les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle. En 1842, Gavarnie devient une commune. C'est vers cette époque que sa population atteint son maximum avant d'entamer un lent déclin.

La fin du XVIIIème et tout le XIXème siècle voient défiler des personnages qui se passionnent pour le massif de Gavarnie et vont le faire découvrir au monde entier : Ramond de Carbonnière, Henry Russell, Victor Hugo, Schrader. Ils sont botanistes, topographes, écrivains romantiques, pyrénéistes, peintres, photographes, et tombent tous amoureux de la grandeur, de la beauté du site. Accompagnés des guides les plus célèbres des Pyrénées tels que Rondou et Laurens, Hippolyte et Célestin Passet, François Bernat-Salles, Henri Courtade, ils vont courir le massif à la recherche de plantes, de roches, de passages, d'ascensions.

Aujourd'hui le village vit principalement du Tourisme, et l'hiver, les cascades gelées de la muraille du cirque voient arriver les aventuriers des dernières trouvailles du pyrénéisme de difficulté : l'escalade sur glace.

En décembre 1997, l'Organisation des Nations Unies pour la Science, la Culture et l'Education (UNESCO), a distingué le massif Gavarnie-Mont Perdu en l’inscrivant sur la liste du patrimoine mondial de l’Humanité pour la qualité de son patrimoine naturel et culturel.

La formation des Pyrénées

L'histoire récente du massif de Gavarnie débute il y a environ 60 millions d'années. Mais, ses origines sont directement liées aux premiers jours de nos montagnes, il y a environ 500 millions d'années.

A cette époque -l’ère primaire- une mer couvre nos régions, et de grandes quantités de dépôts sédimentaires s'y accumulent. Puis entre - 345 et - 225 millions d'années, de grands mouvements tectoniques entraînent la disparition de cette mer et donnent naissance à une première chaîne de montagne, beaucoup plus grande que nos Pyrénées actuelles. On l'appelle la chaîne hercynienne. Pendant cette orogenèse, du magma issu du manteau sous-jacent remonte dans les couches sédimentaires portées en altitude.

Puis, au cours de l’ère secondaire, l'érosion fait son œuvre, et million d'années après millions d'années, il ne reste plus que la base érodée de cette chaîne de montagne, formant un socle de roches magmatiques et métamorphiques.

Vers moins 100 millions d'années, une mer revient sur la région. Le climat est alors subtropical, et le paysage ressemble aux actuelles Bahamas. Des dépôts marins s'accumulent alors une fois de plus au fond de cette mer : boues, calcaires, sables.

C'est alors que vers moins 40 millions d'années, à l’ère tertiaire, se produit le cycle alpin. La plaque africaine remonte vers le nord, pousse la plaque ibérique qui vient percuter la plaque européenne. Ces nouveaux mouvements tectoniques soulèvent les dépôts sédimentaires, la mer est chassée et les Pyrénées voient le jour.

Mais les montagnes telles que nous les avons sous les yeux aujourd'hui ne sont pas celles des origines. Au cours de l’ère quaternaire, des glaciations successives, entrecoupées d'épisodes interglaciaires, ont creusé les vallées, façonné le relief pour lui donner son visage actuel.

D'une manière générale, les dépôts sédimentaires accumulés au fond de la mer puis portés en altitude, ont été entièrement érodés. Ne restent alors en altitude, et formant ainsi les sommets actuels, que les restes de l'ancien socle lui aussi soulevé par la surrection pyrénéenne. C'est pourquoi les plus hauts massifs sont le plus souvent granitiques ou métamorphiques.

 

La spécificité de Gavarnie

A la fin du secondaire, avant que débutent les mouvements tectoniques du cycle alpin, à l’ère tertiaire, le secteur de Gavarnie est formé au sud d’un socle de roches très dures, des migmatites M, et au nord, d’un autre socle dur, constitué de granite y (Néouvielle). Entre les deux, des couches sédimentaires plus tendres accumulées au cours de l’ère primaire, reposent sur une fine couche de sédiments "glissants" (Silurien S). Le tout est surmonté par des couches sédimentaires des ères secondaires et tertiaires (Trias T, Crétacé C, Eocène E).

Lors de la compression du secteur, les socles durs de migmatite et de granite résistent, les couches sédimentaires sont alors expulsées vers le haut, et vers le sud. Les socles activés subissent toutefois une remontée.

La compression augmente. Par gravité, les couches sédimentaires du primaire, glissant sur la fine couche de sédiment (silurien), s’affaissent vers le sud, ainsi que les couches supérieures qui recouvraient la structure initiale.

Ainsi au niveau de l'actuel cirque de Gavarnie (au centre du schéma), nous retrouvons en partant du bas vers le haut : un socle de migmatite de l’ère primaire, puis parfois une fine couche de calcaire du secondaire, puis les sédiments charriés datant du primaire et enfin des calcaires et grés du secondaire et du tertiaire

Ce phénomène de superposition de couches est appelé nappe de charriage. Fréquent dans les Alpes, celui de Gavarnie reste le plus spectaculaire, car il est responsable de la formation du Mont-Perdu qui demeure ainsi la plus haute montagne calcaire d’Europe.

Source des schémas : F.Bixel, M.Clin, C.Lucas, C.Majesté-Menjoulas, R.Mirouse, P.Roger, Pyrénées: 500 millions d'années Itinéraires géologiques dans le parc National, éd PNPN et BRGM,1983

Retour haut de page
Page précédente
NATURA 7, chemin de Pouey-Castet 65400 AYROS-ARBOUIX Tél. : 05.62.97.99.65 
N°Siret : 417 910 007 00018 - n° TVA intracommunautaire : FR86417910007
Association affiliée APRIAM – IM 73 100023 - 73800 FRANCIN
Garantie financière COVEA CAUTION (72) – R.C.P. : MMA IARD (72) LE MANS