Introduction

Par Jeannot, accompagnateur en montagne

Voici une bonne quinzaine d'années, bien avant de devenir un professionnel de la montagne, j'eus le projet, en compagnie d'un camarade, d'effectuer la traversée des Pyrénées par la haute montagne en suivant la ligne de partage des eaux et en gravissant les principaux sommets de la chaîne. Hélas, pour des raisons de santé familiale, le projet capota à deux mois du départ. Mais bien des années plus tard, après avoir obtenu mon brevet d'état d'alpinisme et créé Natura, cette aventure restait solidement ancrée dans mon esprit : le moment était venu de la concrétiser.

Jour J - 2 ans : La construction

Mais il existe une grande différence entre préparer une telle randonnée pour soi, en tant qu'amateur, et pour les autres, en tant qu'organisateur et accompagnateur professionnel. Aussi commençais-je par établir une sorte de cahier des charges :

suivre au mieux la ligne de partage des eaux entre la France et l'Espagne, en demeurant au plus prés de la crête frontière mais en ignorant les anomalies de cette dernière et en évitant les descentes inutiles;

traverser les massifs les plus spectaculaires, les plus sauvages et les plus diversifiés des Pyrénées et gravir les sommets les plus représentatifs et les plus mythiques de la chaîne;

découper la traversée en tronçons réguliers d'une semaine, afin que chacun puisse effectuer tout ou partie, à son rythme, en fonction de ses disponibilités temporelles, financières et physiques, au fur et à mesure des années;

gérer au mieux l'effort en rendant les durées de marches effectives journalières homogènes, en ménageant une journée de repos par semaine, et en prévoyant à chaque début de semaine une étape plus modéré afin de faciliter la mise en route des nouveaux participants;

travailler en priorité la forme physique et l'endurance sur des sentiers faciles avant d'aborder les passages plus techniques (hors sentier, éboulis, névés, glaciers,…);

laisser la possibilité, à ceux qui le désirent, d'éviter les ascensions afin d'écourter certaines étapes et ainsi de pouvoir mieux récupérer physiquement;

prévoir au moins une douche chaude par semaine et tous les jours au moins, un lac, une rivière ou un point d'eau pour une "toilette de chat";

et, bien entendu, trouver des endroits adéquats pour passer la nuit : terrains plats, proches d'une piste, pour établir les bivouacs ou des gîtes et refuges.

Les "contraintes" étant défini il fallait à présent tracer l'itinéraire. Durant de longues semaines j'alternais repérages sur le terrain et l'étude des cartes franco-espagnoles, étalées et recouvrant l'intégralité de la moquette de mon salon! Un vrai foutoir!! Et surtout un vrai casse-tête chinois. Cependant à la troisième mouture, décidant de porter la durée totale de 8 à 9 semaines, les pièces du puzzle s'agencèrent comme une évidence. L'itinéraire était enfin calé… Hourrah!!!

"Il ne restait plus qu'à" établir les devis, écrire la fiche technique, réserver les refuges, établir les menus, commander du matériel, trouver un bon ravitailleur (pour la logistique) ainsi qu'un bon guide (pour certaines ascensions) et faire connaître notre projet… Une paille quoi!!!

Jour J - 6 mois : L'attente

Une fois ces formalités peu réjouissantes accomplies, avec l'aide appréciable de Valérie, il ne restait plus qu'à attendre les inscriptions…

J-30 : Nous n'avons que trois inscrits… aie aie aie!! Il nous faut un minimum de 5 personnes pour faire partir le séjour et ce trois semaines avant la date du départ.

J-21 : Six inscrits… ouf!!

J-5 : Douze inscrits, en moyenne, sur l'ensemble des trois semaines que nous proposons pour cette première année : le groupe est complet… aie aie aie!! J'aurais préféré un petit groupe pour cette première…

 

Jour J - 1 semaine : Les préparatifs

Il est temps à présent de rassembler toute la documentation nécessaire (cartes, notes de repérages, imprimés divers) et de vérifier le matériel ainsi que le véhicule.

J-3 : Pitou, notre ravitailleur vient de se bloquer le dos : cloué au lit… aie aie aie!! Je contacte d'urgence Neil, mon stagiaire accompagnateur et Bertrand, son copain, qui devait accomplir ce travail en août. Ils sont OK.

J-2 : 18h, nous chargeons le C25 de tout le matériel d'intendance, matériel de cuisine, glacières, jerricanes, tente collective (pour manger au sec), tentes individuelles, sursacs gore tex (pour ceux qui désirent dormir à la belle étoile), petits sacs à dos ultra-légers (pour gravir plus aisément les sommets), piolets et crampons (pour les courses glaciaires), etc… 24h, je viens de boucler mon sac à dos… ouf!!

J-1 : 9h, rendez-vous avec Neil et Bertrand au local de Natura. Je consulte les modèles de prévisions météo : une grosse perturbation venant du nord-ouest devrait stagner un long moment sur l'ensemble de la chaîne… aie aie aie!! 10h nous partons sur Pau pour y faire les courses de nourriture (c'est que ça mange un randonneur!!) : 5 caddies et plus de 4 heures d'hypermarché : horrible!! 20h, arrivée à Hendaye… ouf!!

Jour J : Les présentations

9h30 : rendez-vous à la gare d'Hendaye-Plage avec tous les participants. Nous chargeons sac à dos et bagages dans le C25 qui semble prêt à exploser tellement il est chargé. Puis nous partons à pied jusqu'au front de mer. Nous prenons d'assaut un café, offrons un pot de bienvenue et passons aux présentations.

Présentation des participants tout d'abord. Il y a là Francis, Bruno, Delphine, Laurence et Albert avec qui j'ai déjà randonné, mais aussi Françoise, Dominique, Patrick, Alexandra, Michel, Lyne et Bernard avec qui j'ai eu des conversations téléphoniques mais que j'aperçois de visu pour la première fois. Six femmes et six hommes de tous âges, voilà un groupe bien équilibré. Au cours de la traversée, Dominique, Patrick et Delphine devront nous quitter avec regret et seront successivement remplacés par Christian, Annie et Marie-Christine.

Nous passons ensuite à la présentation de la randonnée. Pendant près d'une demi-heure, je mets en garde les participants sur les travers qui peuvent ruiner une telle aventure. J'insiste sur la nécessité d'être solidaire, de participer à la vie collective et de surmonter moralement les inévitables aléas dus à la vie de groupe, aux intempéries, à la fatigue…

Une intervention qui paraît assez peu engageante puisque Albert m'apostrophe en disant "Et le positif dans tout çà ?"

Le positif ce sont les trois semaines à venir...

Suite...

 

Trombinoscope

Semaine 1  Semaine 2 Semaine 3 BD Aquarelles  Fiche technique